Accueil / Mandats / Envoyer cette page Ajouter à vos signets
 
Communiqués Comment participer Responsable
Documents Calendrier des activités
 

Le BAPE a tenu une séance d’information le 15 janvier dernier. La période d’information publique se terminera le 25 janvier 2019.



Webdiffusion audio en différé :
  Lieu Date En journée En soirée

  • Beloeil Mardi, 15 janvier 2019 ------------------------- Séance de 19 h 30 » »
        ----------------------

Pour obtenir les coordonnées complètes des activités de la période d'information, vous pouvez consulter le calendrier.

Retour au haut
rien
Consulter

Pour contrer les effets de l’érosion des berges de la rivière Richelieu, la Ville de Beloeil voudrait réaliser des travaux de stabilisation du talus riverain sur une distance de plus de 3 km. Des travaux d’enrochement et de végétalisation seraient réalisés en urgence sur une distance de 300 m linéaires répartis en sept endroits tandis que des travaux de génie végétal seraient réalisés à moyen terme sur environ 2 823 m linéaires répartis en vingt endroits le long de la rivière Richelieu.

Pour réaliser les travaux d’urgence, l’initiateur devrait aménager des accès à partir de la rue Richelieu pour permettre le passage des équipements et de la machinerie, déplacer toutes les infrastructures en bordure de la rivière tels que les quais, les abris à bateaux, les prises et les rejets d’eau, procéder à des coupes d’arbres et d’arbustes, de l’émondage et du défrichage. Ces travaux impliqueraient aussi l’excavation d’une clé d’enrochement d’un mètre de profondeur et d’un mètre de largeur sur la plage en période d’étiage, la mise en place d’une membrane géotextile et la pose de la pierre d’enrochement. Ces travaux seraient effectués entre les mois d’octobre et de février. La végétalisation de la partie supérieure du talus s’effectuerait, quant à elle, au printemps. L’initiateur du projet estime à dix ans la durée de ce projet de stabilisation du talus riverain. Le rythme de réalisation de ces travaux serait conditionnel aux disponibilités budgétaires de la Ville de Beloeil.

Les répercussions prévues par l’initiateur et les mesures d’atténuation proposées dans l’étude d’impact

Selon l’initiateur, ces travaux représenteront un empiètement permanent de 773 m2 dans le littoral. L’étude d’impact mentionne que la superficie représentant une perte d’habitat essentiel du poisson est estimée à 88 m2 pour le chevalier cuivrée et de 598 m2 pour les fouilles-roches et les dards. L’initiateur développerait un projet de compensation et effectuerait ses travaux en eau en dehors de la période de reproduction des poissons (avril à août). Une barrière à sédiments serait également mise en place pour éviter la dispersion de particules dans l’eau de la rivière. Quant au déboisement, l’initiateur réaliserait ses travaux en dehors de la période de nidification des oiseaux (mars à octobre). Un suivi de la revégétalisation serait effectué sur une période de cinq ans.

L’initiateur émettrait des avis pour les travaux qui risqueraient de perturber la circulation locale et des avis aux plaisanciers leur indiquant les contraintes à la navigation. Il s’assurerait aussi que l’aménagement du talus comprendrait des sentiers pour mener aux quais privés et tiendrait compte des vues existantes dans la conception de ces aménagements.


Pour obtenir l’information complète sur le projet, vous pouvez consulter l’étude d’impact déposée au Registre des évaluations environnementales du MELCC.

Retour au haut

© Droits de propriété intellectuelle