Accueil / Mandats / Envoyer cette page Ajouter à vos signets
 
Communiqués Comment participer Responsable
Documents Calendrier des activités
 

La période d’information et de consultation du dossier par le public se tiendra du 26 septembre au 10 novembre 2017.

L’objet de la période d’information est de permettre aux citoyens de s’informer sur le projet en consultant l’étude d’impact réalisée par le promoteur et les autres documents décrivant le projet et, entres autres, ses répercussions sur l’environnement.


Pour obtenir les coordonnées complètes des activités de la période d'information, vous pouvez consulter le calendrier.

Retour au haut
rien
Consulter

ArcelorMittal Exploitation minière Canada (AMEM) souhaite entreprendre l’aménagement de deux nouveaux bassins au complexe minier de Mont-Wright près de Fermont. Ce projet, servant à optimiser la gestion de l’eau, comprend la construction d’un bassin d’eau de procédé (bassin B+), qui aurait une superficie d’environ 3 610 000 m2, et d’un bassin de sédimentation du futur parc à résidus Nord-Ouest (bassin Nord‑Ouest) d’environ 420 000 m2. La construction de canaux intercepteurs, de canaux d’eaux rouges et de chemins est également incluse au projet.

Le promoteur prévoit commencer les travaux de construction à l’été 2018, qui se poursuivront en 2025. Les coûts de l’ensemble des infrastructures du projet et de la gestion de l’eau jusqu’en 2045 sont estimés à 458 M$.

Les répercussions prévues par le promoteur et les mesures d’atténuation proposées dans l’étude d’impact

En ce qui concerne le milieu physique, les activités de la mine en phase d’exploitation modifieraient le régime hydrologique et pourraient altérer la qualité de l’eau de surface surtout dans le cas d’une rupture accidentelle de digue ainsi que la qualité de l’eau souterraine dans le cas de contamination dans le sol. Afin de limiter ces risques, le promoteur prévoit réaliser des inspections périodiques et, en cas d’accident, restaurer le milieu naturel.

Pour le milieu biologique, le projet engendrerait la destruction de 11 lacs, 15 étangs et 25 ruisseaux, causant une perte de l’habitat du poisson sur une superficie de 104 ha et l’empiétement sur 205,9 ha de milieux humides. Le promoteur propose la restauration de près de 92 ha d’habitat du poisson et la création ou la restauration de 91,1 ha de nouveaux milieux humides dans le secteur de l’ancien site minier du lac Jeannine. Le projet impliquerait également des pertes d’habitats pour la faune aviaire et pour certains mammifères. Selon l’étude d’impact, le déboisement se ferait en dehors des périodes de nidification afin d’empêcher la destruction de nids.

Sur le plan humain, les activités de construction et d’exploitation pourraient modifier le climat sonore et la qualité de l’air pour les villégiateurs et les utilisateurs du territoire. Le promoteur indique qu’un système de réception des plaintes et commentaires serait mis en place et que des ajustements pourraient être apportés. Par ailleurs, selon l’étude d’impact, le projet générerait une centaine d’emplois en phase de construction.

Pour obtenir l’information sur le projet, vous pouvez consulter la documentation déposée.

Retour au haut

© Droits de propriété intellectuelle